Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas !!!

Nous avons tous besoin et hâte de nous retrouver, de passer des moments précieux en famille et entre amis. On sait aussi que ces retrouvailles se font souvent autour d’une table bien garnie qui rime avec repas longs, un chouia copieux et bien arrosés ! Alors pour profiter des fêtes sans risquer l’indigestion, voici quelques astuces simples et efficaces pour aider le corps à affronter ce marathon gastronomique.

AVANT LE JOUR J : ON MÉNAGE SON SYSTÈME DIGESTIF

Cela paraît évident, mais plus l’organisme sera déjà surchargé en amont, plus il peinera à digérer les excès qui l’attendent. 

  • La semaine qui précède, on privilégie donc des repas digestes, riches en fibres, en vitamines et en minéraux. On compose des assiettes qui font la part belle aux légumes cuits et aux crudités (pour préserver les vitamines). On évite les repas gras et lourds style raclette et plats en sauce, ainsi que les excès de protéines. On dîne léger et minimum 2 heures avant d’aller au lit pour favoriser un sommeil réparateur.
  • On pense à s’hydrater suffisamment car même en saison froide les quantités d’eau dont le corps a besoin pour fonctionner de manière optimale sont colossales. Entre beaucoup d’autres choses, l’eau est notamment à la base de tous les liquides qui interviennent justement dans la digestion. Pour celles et ceux qui n’ont pas l’automatisme de boire ou qui ‘oublient’ : un petit rappel sur le téléphone toutes les heures et hop, les 8 à 10 verres quotidiens seront assurés ! Attention à boire de préférence en dehors des repas : le corps a besoin d’eau pour assurer une bonne digestion, mais noyer la nourriture dans trop d’eau aura juste l’effet inverse en diluant les sucs digestifs.
  • On remplace 1 ou 2 des cafés quotidiens par un bon thé vert matcha, qui tout en étant stimulant, a l’avantage d’avoir des propriétés antioxydantes, détoxifiantes et antistress.

 LE JOUR J : ON PROFITE SANS ABUSER)

Règle n°1 : on ne culpabilise pas

Peur de faire une entorse à son régime, crainte de se laisser aller à une gourmandise effrénée… il est essentiel de ne pas culpabiliser de faire un gros repas de Noël ou du Nouvel An. Le plaisir de partager un repas convivial avec des gens qu’on aime et les conditions chaleureuses dans lesquelles vont se dérouler le repas ont tout autant d’importance que ce qui se trouvera dans l’assiette ! Se frustrer ou culpabiliser ne feront en revanche qu’ajouter du stress qui lui à coup sûr ne manquera pas de gâcher la digestion. Un équilibre alimentaire ne tient pas en deux ou trois repas, alors autant profiter de ces moments pour se ‘lâcher’ un peu, et faire attention le reste de l’année !

Règle n° 2 : mollo sur les petits fours, toasts et autres amuse-gueules, et sur l’alcool qui va avec.

On en goûte quelques uns, on se sert avec parcimonie et on oublie pas que ce serait dommage de se blinder l’estomac ou de charger son foie avant même le début du repas, avec l’entrée, le plat, le fromage, le dessert, les différentes sortes de vins et les chocolats qui arrivent derrière !

Règle n° 3 : des quantités raisonnables et une mastication au top.

Peu importe ce qu’il y aura au menu, si l’objectif est de pouvoir goûter à tout, on sait qu’il va falloir être très raisonnable sur les quantités

Si l’on a une occasion de prendre le temps de savourer, c’est bien pendant les repas à rallonge de Noël et du Nouvel An ! Ça tombe bien, car une bonne digestion commence dans la bouche : la mastication étant la seule étape que l’on peut contrôler dans la ‘chaîne’ digestive, autant faciliter le travail des autres organes en pensant à bien mâcher entre 20 et 30 fois chaque bouchée et en posant ses couverts entre chaque bouchée. Quand on a tendance à ‘gober’ les aliments, ça peut sembler énorme, mais c’est ce qu’il faut pour que l’estomac ne galère pas trop derrière. Là encore, on s’en tient à un verre d’eau pendant le repas, pour éviter de freiner la digestion en noyant le suc digestif.

Règle n° 4 : on préserve le feu digestif.

Si l’hôte a prévu une bûche glacée en dessert, on évite de s’en resservir 4 parts, car cela signifie arroser tout ce que l’on vient de mettre dans son estomac de froid. Or l’estomac s’évertue à maintenir son contenu à 37°C afin que les enzymes digestives puissent travailler correctement, donc plus on va refroidir le bol alimentaire, plus on mettra l’estomac en difficulté.

On n’hésite pas à zapper le café (faux ami de la digestion) et à le remplacer par une infusion de plantes digestives comme la Mélisse, le Romarin, la Réglisse ou encore la Menthe.

Si la météo le permet, une petite marche digestive sera également idéale pour stimuler en douceur les organes de la digestion et l’avancée du bol alimentaire.

Règle n° 5 : frugalité entre chaque repas festif.

Les réveillons c’est une chose, mais c’est sans compter les déjeuners du 24, du 25 (parfois du 26 et du 27 quand on a une grande famille), ou encore les repas de Noël et de nouvel an entre collègues !

Entre chaque repas festif, on veille donc à préserver son système digestif en faisant des repas très légers et faciles à digérer, comme des bouillons de légumes par exemple.

DEUX COUPS DE POUCE SUPPLÉMENTAIRES :
VINAIGRE DE CIDRE ET ESSENCE DE CITRION

  • Pour assurer une bonne dégradation des protéines, l’estomac a besoin d’accueillir le bol alimentaire dans un milieu très acide. Tant que les protéines n’auront pas été correctement découpées, l’estomac ne se vidangera pas et son contenu restera bloqué, provoquant des inconforts digestifs et une sensation de pesanteur. Le vinaigre de cidre permet de compléter l’acidité de l’estomac pour qu’il puisse effectuer ce travail de dégradation de manière efficace. Si l’on sait qu’on a du mal à digérer les repas copieux et la viande notamment, on peut prendre 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre dans un grand verre d’eau 20 minutes avant le repas. Histoire de ne pas se gâcher la fête, on le testera idéalement avant le jour J pour être sûr qu’il est bien supporté (le vinaigre de cidre peut provoquer chez certaines personnes des douleurs et des aigreurs).
  • L’huile essentielle (ou l’essence) de citron a des propriétés stimulantes et protectrices vis-à-vis du foie qui, entre les graisses, le sucre et l’alcool, aura fort à faire en cette période, et tout cela en plus de ses quelques centaines d’autres fonctions ! Une goutte d’huile essentielle de citron sur une boulette de mie de pain ou un comprimé neutre après le repas pourra représenter une aide précieuse pour lui.

Très belles fêtes de fin d’année à toutes et tous !

Cet article vous a plu ?

N’hésitez pas à le partager et à vous abonner à la Newsletter. Vous avez des questions ? Besoin d’un accompagnement ? À bientôt !

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib